Est-il possible de prendre un crédit sans assurance ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Pour atteindre certains objectifs, vous pourrez être amené à contracter un prêt auprès d’une institution financière. Généralement, elles demandent une assurance afin de se protéger d’un éventuel non-remboursement. Heureusement, il est possible de contracter un prêt sans souscrire une assurance. Cela passe par la mise en place de certaines garanties que vous découvrirez ici.

Recourir au nantissement

S’il est parfois exigé de fournir une assurance avant un prêt, vous devez savoir que ce n’est pas une pratique instituée par la loi. Les institutions financières le font juste pour se protéger. Toutefois, il existe de nombreuses situations dans lesquelles il vous est impossible de souscrire à une assurance.

A voir aussi : Démystifier le regroupement de crédit

Normalement, quand vous ne pouvez pas souscrire une assurance, vous aurez du mal à contracter un prêt. Dans ce contexte, aucune institution ne vous accordera un prêt sans un minimum de garantie. Heureusement, vous pourrez recourir au nantissement.

Le nantissement consiste à apporter à votre banque une garantie qui peut être immobilière, mobilière ou un placement financier. Dans la plupart des banques, ce type de garantie peut porter sur un contrat d’assurance vie. Cela permet à votre banque d’entrer en possession des fonds quand vous serez dans l’incapacité de solder le montant dû.

A lire également : Rachat de crédit immobilier : quels avantages ?

Lorsque la banque vous octroie un prêt pour financer un bien immobilier par exemple, en plus du nantissement, elle prendra une hypothèque sur le bien financé. Ainsi, cette garantie convient aux personnes âgées qui ne peuvent pas profiter d’une assurance classique.

La mise en hypothèque

Si vous ne pouvez pas recourir au nantissement, il vous est possible de mettre un bien en hypothèque auprès de votre structure financière. Cela permettra également de garantir le remboursement du prêt qui vous a été accordé. Toutefois, les banques se montrent réticentes face à ce type de garantie.

En effet, la mise en hypothèque est un processus chronographe qui demande un procédé administratif particulièrement difficultueux. Dans les rares cas où la banque donnerait son aval, elle déterminera le prix de l’hypothèque. Le prêt qui vous sera accordé ne dépassera pas la moitié du coût global du bien. Comme vous l’aurez compris, l’importance du prêt dépendra de la valeur votre patrimoine.

Le recours à la caution

La dernière alternative permettant d’avoir un prêt sans assurance consiste à faire recours à un tiers qui va se porter garant de votre prêt contre une caution. C’est une alternative pouvant profiter aux emprunteurs ayant des parents ou des connaissances bien nantis.

Ainsi, cette personne met en jeu son patrimoine afin que vous puissiez avoir le prêt. Cependant, le patrimoine mis en jeu doit être proportionnel au prêt demandé. Si recourir à un tiers pour la caution est une bonne alternative, ce dernier est soumis à des risques lourds.

Lorsque le contractant n’arrive pas à rembourser le prêt, il ne court aucun risque. La personne ayant donné la caution sera poursuivie. Si rien n’est fait, il peut déshériter ses ayants droit. Toutefois, vous pourrez vous tourner vers des organismes de cautionnement mutuel. Pour cela, vous devez verser des cotisations mensuelles selon les clauses de l’organisme.

En somme, s’il est possible d’obtenir un crédit sans assurance, le processus peut devenir plus complexe qu’il n’en a l’air quoique cela soit bien possible.

Le risque de contracter un crédit sans assurance

Prendre un prêt sans assurance comporte certains risques qu’il faut connaître. Le principal danger réside dans le fait que si vous n’êtes plus capable de rembourser votre prêt à la banque, cette dernière peut se servir des garanties pour saisir vos biens afin de récupérer son argent.

Dans le cas où vous avez souscrit un crédit immobilier et que vous n’avez pas d’assurance emprunteur, cela peut être très dommageable car en cas de décès ou d’incapacité absolue et définitive (IAD), vos ayants droit seront endettés.

Il est aussi possible que l’établissement financier refuse purement et simplement de vous accorder un prêt en l’absence d’une assurance couvrant les risques de non-remboursement du prêt. Effectivement, il s’agit pour les établissements financiers d’un moyen efficace pour se protéger contre ce risque majeur.

Prendre un crédit sans assurance, c’est prendre le risque de tomber dans une spirale dont il sera difficile voire impossible de sortir tout seul. Il est donc recommandé, avant toute chose, quel que soit votre projet financier, la nature du bien acheté ou encore sa destination finale (résidence principale ou secondaire), de prévoir une assurance emprunteur solide qui convient aux besoins spécifiques liés au montant total des fonds nécessaires ainsi qu’à leur durée respective.

Les alternatives à l’assurance : garanties et cautionnement mutuel

Si vous ne souhaitez pas prendre une assurance emprunteur, il existe toutefois des alternatives qui peuvent être envisagées pour garantir le prêt. Les garanties sont des biens ou des droits que l’emprunteur met à disposition de la banque en cas de défaillance. La banque peut alors vendre ces éléments pour récupérer son argent. Les garanties les plus courantes sont l’hypothèque et le privilège de prêteur de deniers (PPD). L’hypothèque consiste en la mise en gage du bien immobilier acheté avec le crédit, tandis que le PPD est une hypothèque spécifique à un achat immobilier.

Une autre alternative possible est le cautionnement mutuel. Cette solution consiste à solliciter un organisme tiers spécialisé dans ce domaine afin qu’il se porte garant du remboursement du prêt si l’emprunteur n’est plus en mesure d’y faire face. Il existe plusieurs organismes spécialisés tels que la SACCEF (Société Anonyme De Cautionnement Et De Garantie Des Crédits Immobiliers) ou encore CM-CIC Bailleur. Le cautionnement mutuel fonctionne comme une assurance : chaque mois, l’emprunteur paie une cotisation qui sert à financer la caution.

Il faut noter que certains types de crédits ne nécessitent pas forcément une assurance emprunteur obligatoire, tels que les crédits renouvelables et les découverts autorisés. Avant toute souscription d’un tel crédit sans assurance, il faut bien connaître les risques encourus et analyser sa situation financière en détail pour éviter tout endettement excessif.

Prendre un crédit sans assurance n’est pas recommandé. Toutefois, si vous ne souhaitez pas souscrire une telle assurance ou que celle-ci vous est refusée, des alternatives existent, telles que les garanties et le cautionnement mutuel. Ces solutions peuvent être intéressantes, mais doivent aussi être étudiées avec attention avant toute décision afin de garantir au mieux la protection de vos intérêts financiers.

Partager.