Investissement immobilier : envisagez la location de meuble.

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le monde de l’immobilier est en évolution constante, mais reste une valeur sûre quand il s’agit d’investir. Reste à savoir quel type d’opération est la plus indiquée pour chaque situation afin d’en maximiser la performance. Parmi les nombreuses options que permet le secteur, la location de meublé est sans doute l’une de celles à envisager la plus sérieusement. Passons en revue les dimensions pratiques et économiques qui font l’intérêt de ce type de location.

Comprendre les grands principes de la location de meublé.

Lorsqu’on décide de s’engager dans la gestion d’un bien immobilier en location, il y a différents aspects dont il faut tenir compte. Le premier de ces aspects est le statut auquel le loueur accède. Il devient, selon les cas, Loueur de Meublé Non Professionnel ou LMNP ou Loueur de Meublé Professionnel. Nous verrons particulièrement ici l’intérêt de la lmnp au travers de différents volets.

Lire également : Quelle différence entre immobilisation corporelle et incorporelle ?

Le statut de Loueur de Meublé Non Professionnel

Comme son nom l’indique, ce statut se distingue de celui de professionnel de l’immobilier. Ainsi, les revenus que l’on va retirer de cette activité de location, ne doit pas excéder, en volume et en pourcentage, certains seuils. En effet, contrairement à un professionnel, le loueur en LMNP ne doit pas dépasser les 23 000 € par an et son activité de location ne doit pas représenter plus de 50% de ses revenus.

A découvrir également : Qu'est-ce qu'un chemin privé ?

Les biens éligibles à la location de meublé non professionnelle

Neuf ou ancien, tous les biens immobiliers de plusieurs catégories donnent accès de droit au statut de LMNP si l’on envisage de mettre le bien acquis, à disposition de locataires. Parmi les biens qui permettront d’exercer les droits et les devoirs de Loueur de Meublé Non Professionnel, nous trouvons :

  • Les résidences pour personnes âgées dépendantes ou EHPAD
  • les résidences pour séniors
  • les résidences étudiantes
  • les résidences de tourisme 
  • les résidences à destination des voyageurs d’affaires

La mise à la location de tels biens immobiliers engendre des revenus qui vont varier en fonction de leur type. Par exemple, les dernières estimations indiquent une rentabilité de +4,60% par an en moyenne et pouvant aller jusqu’à 6% pour des résidences touristiques.
Une telle opération amène également des réductions d’impôts. Si le bien est situé en résidence de service comme un EHPAD, la gestion locative est entièrement externalisée au bailleur de l’établissement. Le loueur n’a donc pas à s’en occuper directement. De la même manière, dans ce cas de figure, les loyers sont garantis par le gestionnaire de l’établissement.

Points d’attention pour une acquisition immobilière destinée à la location

Les premiers revenus issus des loyers payés par les locataires surviendront à des moments différents selon que le bien est neuf ou ancien. Logiquement, les biens neufs devant d’abord être construits avant d’être habités, les premiers revenus ne seront pas immédiats. 
Inversement, dans l’ancien, une fois votre droit de propriété acté par le notaire, vous commencerez à toucher rapidement vos premiers loyers.
Notez par ailleurs que dans le cas d’un bien neuf, et dans l’attente de la livraison de la résidence par exemple, vous devrez avancer la TVA qui sera ensuite restituée lorsque vous aurez pris possession des lieux. Pour un bien ancien, le sujet de la TVA ne se pose pas.

Partager.