L’état du marché immobilier au deuxième trimestre 2023

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Si l’on considère le marché immobilier français en 2023, trois défis immédiats viennent à l’esprit : l’inflation, la hausse des taux d’intérêt et le resserrement de l’offre. Mais le marché du logement en France restera solide, surtout dans une perspective historique.

En 2023, les prix des logements en France se stabilisent quelque peu et le nombre de ventes de biens immobiliers restera légèrement supérieur à 1 million au cours de l’année. L’année 2023 sera considérée comme une année d’atterrissage en douceur, l’explosion du marché immobilier français après les confinements de Covid-19 cédant la place à un niveau d’activité plus élevé. Découvrez l’état du marché immobilier au deuxième trimestre en 2023.

A lire aussi : Choisir sa maison grâce à un catalogue

L’immobilier en 2023

De nombreux investisseurs se demandent s’il faut investir dans l’immobilier en 2023, eh bien, cette question est légitime ! Il est clair que l’investissement immobilier reste un placement rentable. Mais pour se lancer, il est important de connaître les nouveautés à prévoir pour les investisseurs.

En 2023, l’on constate une hausse des taux et un pouvoir d’achat en baisse. Ce qui fait que la capacité d’emprunt est nettement réduite et cela a une conséquence sur le marché immobilier.

A lire en complément : Costa Brava : quel intérêt d'y investir ?

On va donc constater une diminution du nombre de transactions, des délais allongés (difficulté d’obtenir un prêt immobilier pour le financement d’un projet immobilier), une baisse de prix (les vendeurs sont plus ouverts à la négociation).

En définitive, l’on peut dire que l’année 2023 est une année qui va assainir et réguler le marché immobilier qui durant ces dernières années a connu des hausses importantes.

Que nous réserve le marché de l’immobilier dans le deuxième trimestre de 2023

L'état du marché immobilier au deuxième trimestre 2023

Il faut d’abord savoir que 2023 marque une nouvelle ère avec la loi Pinel Plus. Ainsi, avec cette loi, les investisseurs peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt avec des conditions d’éligibilité plus rigides sur les conditions de location, le confort et la performance énergétique.

L’augmentation des prix des maisons est plus importante (+8,2%) que celle des prix des appartements (+4%). En raison de la crise sanitaire de la Covid-19, il y a une baisse de la demande dans les grandes villes. En revanche, la tendance est à la hausse dans les PME (Petites et Moyennes Villes) ainsi que dans les zones rurales.

En 2023, les pressions sur le coût de la vie causées par la guerre en Ukraine et la crise énergétique vont se poursuivre, mais la France a bien géré ces pressions jusqu’à présent, l’inflation n’atteignant que 6,15 % en novembre 2022. La situation est favorisée par le fait que la France n’a besoin d’importer que 18 % de son énergie pour répondre à l’offre nationale et par l’intervention massive de l’État pour maintenir l’augmentation des prix de l’énergie en dessous de 4 % en 2022.

Ces dernières mesures de contrôle des prix seront levées au début de l’année 2023, mais cela coïncide avec une période où les prix mondiaux du gaz sont en fait tombés en dessous des niveaux d’avant la guerre en Ukraine. Il est évident que la hausse des prix pèsera sur les budgets et l’accessibilité des acheteurs de logements, mais cela ne changera peut-être pas trop leurs projets.

Un autre point à soulever pour ce deuxième trimestre est la révision des taux légaux qui a permis d’accélérer la hausse des taux et cela se fera jusqu’en juin 2023. La mensualité du taux d’usure a rendu le crédit immobilier accessible ; on assiste ainsi à un desserrement de l’étau.

Partager.